samedi 15 juin 2019

Dead or Alive



You spin me right round, baby right round, like a record baby right round round round ♪ ce refrain entêtant, mise en abîme comme un sillon qui tournerait sans fin, est totalement fabuleux. Le clip aussi est fou. Jimmy Fallon et son complice Paul Rudd l'ont récemment refait à l'identique, ce qui selon eux ne fut pas une mince affaire, la voix gutturale de Pete Burns n'étant pas des plus faciles à imiter. Mais les compères se sont amusés, et le résultat est surprenant. Attention, on tombe vite accro ;))


Dans le genre new wave, l'album est un incontournable du début des années 80. Mais la concurrence est rude, l'Angleterre fourmille de Nouveaux Romantiques prêts à se crêper le brushing. Pete Burns (le frontman de Dead or Alive) s'en donnera à cœur joie. En plus de sa personnalité bien trempée, sa langue bien pendue va attirer une cour de gothiques avides de musiques et de potins dans son magasin de disque Probe, situé au cœur de Liverpool.  


C'est ce qui l'a tué. Pete, apparemment trop perdu dans l'épate, a fini comme bête de foire dans une télé-réalité, le physique ravagé par plus de 300 interventions chirurgicales. Le mouvement lui, s'est ringardisé fin des années 80. Seuls, ceux qui se distinguaient du lot en se concentrant vraiment sur la musique, comme Depeche Mode, ont perduré. Et puis bien sur, cette mode capillaire aérienne et aérée dont on ne se lassera jamais.   


18 commentaires:

  1. On faisait parfois la fine bouche dans les années 80, sans savoir que le pire était à venir. Étonnamment toute cette New Wave a bien vieilli, les plus typiques du son 80's avec les synthés tout azimut et les boites à rythmes finalement mieux que les pseudo rockers de U2 et d'autres dont j'ai oublié jusqu'aux noms.
    Dead or Alive, l'album est extra et ce Pete Burns était un foutu mec, comme Steve Strange, Boy George, il a été de ces activistes qui ont fait avancer les causes en affichant leur différence sans peur de prendre des coups (ce qui n'a pas manqué de leur arriver). Pas de twitter pour réclamer des droits pour tous ceux là, mais les mêmes rues que tout le monde et le courage chaque jour de se faire tolérer crânement. Pour moi, l'attitude rock, elle est là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours plus courageux d'être dans la rue que derrière un ordinateur effectivement. Et il était difficile dans les années 80 de passer à côté de cette vague d'androgynes, que ce soit dans les rues, ou à travers les clips pour les plus reculés. Et même si ça avance doucement, ça avance parce que les pays sont prêts. Au Brésil, à Cuba ou même en Russie, les choses sont toujours bloqués, et c'est la mort ou la prison qui leur pend au nez.

      Pour revenir à la musique, j'ai l'impression que c'est le grand retour. J'aimerais bien voir une légion de Boy George colorés se mouvoir tout mollement dans la rue ;))

      Supprimer
  2. Dire qu'à l'époque j'écoutais du Thrash et ce genre de Pop. Pas facile à assumer devant les potes hardos... mouarf !!!
    Qu'est-ce que j'ai aimé ce maxi ! Et les suivants jusqu'en 1986. C'était puissant ! Curieusement j'avais découvert le groupe dés 1984, en achetant au feeling leur premier album à la braderie de Lille. Il était pas mal, avec une bonne reprise de KC & The Sunshine Band : https://www.youtube.com/watch?time_continue=87&v=llHhiiNnIjY

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ça se trouve ils en écoutaient aussi en cachettes ;)))

      Je ne connais que Youthquake pour ma part, et ce morceau de KC où l'on tombe inévitablement dessus dès les premières recherches. Et en parlant de reprises, Indochine a repris "You spin me round" -huhu, c'est une désolation :))

      Supprimer
    2. Ca va, je m'attendais à pire. Parce qu'au niveau textes et interprétation je n'ai jamais compris pourquoi Indochine avait tant de succès...

      Supprimer
    3. On se rend compte avec cette reprise qu'une grande partie de son impact était dû à l'interprétation à la voix -et au timbre unique- de Pete Burns. Sans ça, le morceau perd de son essence.
      Le succès d'Indochine me laisse perplexe également. Un peu comme pour Téléphone.

      Supprimer
  3. Vind'jiou ! Ça c'est de la belle choucroute !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet dans cette période les shampoing Blushant et anti tout tout tout ..... étaient déjà chers !

      Supprimer
    2. (d'ailleurs Pete Burns et elle ont du avoir le même chirurgien durant une période)

      Supprimer
  4. Hait attack ! Ces gugusses plus ou moins talentueux et rigolos - j'aimais bien quelques unes de leurs scies pop - firent exploser le budget coiffure des productions de clips et accessoirement le bonheur des coiffeurs des deux côtés de la Manche. A l'époque, je leur préférais tout de même ce genre de pop pastel : https://www.youtube.com/watch?v=Kc0SXW1fd6U
    Ce titre a bien vieilli, enfin je trouve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est beau mais ça manque de relief pour ma part. Il y avait tellement de formations du genre à un moment. Je suis retombée sur Happy Birthday l'autre jour, l'abum de Altered Images, c'est pas mal aussi.

      Supprimer
  5. "Dead Or Alive" ça aurait un sacré nom de groupe punk en 77. En les découvrant je me mettais à penser à mon fil musical, et je ne suis pas le seul à avoir juré sur les Dr Feelgood, Sex Pistols, Jam, Clash, Television, Patti Smith... Et puis sans qu'on s'en plaigne: B'52s, Talking Heads et à peine dix ans plus tard nous écoutions, dansions, buvions sur des chansons de Visage, Ultravox, Haircut 100, Wham, Kajagoogoo etc... C'est vraiment un truc pour sociologue ça. Nouvelle édition de Actuel, les fringues, postures, modes virevoltantes. Je me demande si cette malédiction des 80's ce n'est pas comme être honteux d'avoir écouté avec gourmandise?
    Maintenant, les compilations alignent un tas de grandes chansons, comme à l'poque des Brill Building...
    Je finirai par mon chouchou, parce que la voix: Associates... la putain de classe vocale, à mon goût au dessus de la mêlée.
    https://www.youtube.com/watch?v=Ww2AYxrPqkk
    Je finirai pour de bon: à l'époque et maintenant, ce que je peux écouter U2, comme les Stones, un épouvantail à commentaire :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jamais je n'aurai dû lire ce post. Je devenais fou à chercher un titre que j'avais en tête, à l'époque je le chantais à tue tête, j'ai tenté shazam, mais tout en ménageant mas susceptibilité il me renvoyait le message que je chantais vraiment très bien mais qu'il ne voyait pas ce que c'était.
      Alors j'ai fouillé dans ma musicothèque (vive les tag!!) et puis soudain.Enfin..
      https://www.youtube.com/watch?v=x34icYC8zA0
      Et puis Marc Almond et puis et puis et puis... bon, je me sauve, je m'envahis

      Supprimer
    2. Moi j'ai connu Talking Heads avant Dr Feelgood. Mais ensuite tout est allé très vite, et quasi simultanément ;)
      Sinon je ne sais pas si je connaissais ou si je ne m'en rappelais plus, mais alors gros coup de cœur pour Associates ! Je vais dérouler tout ça merci ;))

      Supprimer
    3. Et si son chant maniéré - que j'adore - ne te gêne pas, il a ensuite continué sous son nom "Billy Mackenzie " Du croone, c'est certains....
      https://www.youtube.com/watch?v=07kLV17U2Xw

      Supprimer
    4. J'aime moins. Dans le premier morceau c'est sa voix qui va au de-là des limites qui m'avait plu ;))

      Supprimer
  6. coucou Sylvie, j'adore les musiques des années 80 comme Depeche Mode mais j'avoue que je ne connaissais ni cette chanson ni Pete Burns !! ... Merci pour le "rappel" et de m'amener un nouveau sujet pour mon royaume Joyeux :)

    RépondreSupprimer