vendredi 29 avril 2016

Who's the Mystery Girl ?




Sous forme de rébus ou de devinette, j'ai enfin trouvé le moyen infaillible de déjouer les vices d'internet, pour j'annonce, un grand retour en fanfare des Mystery Girl. Top départ ! A vos méninges ! ;)



mercredi 27 avril 2016

Dolly, Emmylou et Linda




Selon une étude hautement scientifique, il est prouvé qu'en combinant -par une savante opération- une série de notes en mode majeur, un tempo bien précis et je ne sais trop quoi encore, on obtient la chanson idéale pour nous mettre en joie. Selon le Cabinet des Rugosité Investigation, on pose un disque sur sa platine, et si l'on chante et danse simultanément, il est fort probable que l'on aille même au delà de nos espérances de félicité. Et comme le disait mon grand ami Saint Augustin; "Même en yaourt, chanter c'est prier deux fois". 


Aussi flamboyante et rutilante qu'une Impala sortie d'usine, Dolly Parton nous régale depuis toujours de ses talents d'actrice et de musicienne accomplie avec une générosité sans limite (et si ce n'est déjà fait, il vous faut impérativement la voir dans Comment tuer son patron ;p).

Cependant, l'heure est venue de rétablir une vérité trop longtemps détournée par la désopilante méconnaissance des médias qui attribuent sans vergogne un de ses plus gros succès mondial à une autre qu'elle depuis plus de vingt ans maintenant, car non, I always love you n'est pas de Whitney Houston, mais bien de notre plantureuse Dolly. (Désolé Whitney si tu te retournes dans ton vomi, mais ça aurait fini par se savoir). En ce qui concerne le point de félicité, chez Dolly Parton il y en a pour toutes les goûts et toutes les humeurs, et j'opterais aujourd'hui pour la tendresse et la chaleur qui se dégagent de son duo avec Willie Nelson qui j'espère, sauront suffire à votre bien-être.


Avant de rentrer dans le vif du sujet, si quelqu'un pouvait m'expliquer pourquoi Emmylou Harris et Gram Parsons ne sont pas en ce moment même en Caroline du sud entourés d'une portée de petits enfants qu'il me le dise maintenant ou se taise à jamais. Non attendez, bougez pas ! Voilà, c'est mieux non ? ;D


Maintenant que tout est rentré dans l'ordre, là non plus, pas besoin de mathématique. Prenez le Cimarron par exemple ♫ Roll along, roll on Rose of Cimarron, Dusty days are gone Rose of Cimarron ♪. Magnifique ! Et entrecoupé de splendides ballades, tout l'album est comme ça, c'est une vraie merveille. Si j'ai un conseil à vous donner, jetez vous sans entraves sur n'importe lequel de ses albums (solo ou en collaboration), la belle diaphane vous enrôlera à jamais.


Et puis il y a LINDA ! L'élégante et racée Linda Ronstadt. Petit bout de femme à la fois docile et sauvage, avec cette discrétion et cette humilité qui l'honore, sans qui pourtant, même les Eagles n'existeraient, c'est pour dire ! Mais à ce propos, je laisse la main à Ranx Ze Vox, qui en plus d'être sa petite protégée, vous en contera bien plus à son sujet que je ne saurais le faire. 

Parce que je vais être honnête avec vous, ça n'a pas été une histoire facile entre Linda et moi. On s'est tournées autour, mais ça n'accrochait pas. Alors on a pris notre temps. Et c'est par le biais d'un DVD Canciones de mi Padre que je suis entrée dans son univers pour ne jamais en sortir, et depuis, c'est une histoire qui roule entre nous. Si elle ne vous arrache pas les tripes avec El crucifijo de piedra, c'est que vous n'avez pas de cœur ! Il ne vous reste plus qu'à fermer les yeux, et vous laisser conduire par ces drôles de Dames, et pour ma part -vu que ma commande est en cour de livraison chez mon blog favori, je vous laisse avec une galerie d'images pour vous récompenser de m'avoir lu jusqu'au bout ;)



X-Ray Spex - Oh Bondage! Up Yours!

                               

                                        


vendredi 22 avril 2016

Born to Be Blue




Born to be Blue n'est pas un biopic comme les autres. Non seulement, le récit -qui mêle habilement fiction et réalité- est volontairement gelée sur une courte période de la vie privée et publique de Chet Baker, mais le grand plus, c'est qu'il n'y a aucune ressemblance physique entre l'acteur et son modèle. Et en ça, le jeu de Ethan Hawke est parfaitement troublant, car c'est au cœur même de l'univers fragile et mélancolique de Chet Baker que Ethan Hawke en a puisé l'essence. Et mieux encore ! C'est lui qui chante My Funny Valentine (et un autre me semble-t-il) sur la bande son.


Born to be Blue de Robert Budreau (2015) 




A great big Kiss !





On peut s'y attendre plus ou moins chez d'autres, mais après l'annonce de la disparition subite de celui que l'on ne nomme pas, la stupéfaction fait maintenant place à la tristesse. Bon voyage beau Prince.