samedi 5 août 2017

lundi 31 juillet 2017

Sylvie Ciné Revue



Suite à une traque agressive et sans relâche, les chasseurs d'images maitrisèrent enfin leur proie. C'était la Princesse Diana, il y a 20 ans de cela. La faute à pas d'chance comme on dit... peut-être. Mais soyons honnête un instant; "Qui se nourrit de qui ?" (Vous avez quatre heures). 😍


Les débats sont donc grands ouverts. Car oui, comme James Franco nous aimons la philosophie, et ce nouveau numéro de Sylvie Ciné Revue y sera consacré à travers deux petits points d'actualité, car nous sommes de toute évidence, bel et bien entrés dans un nouveau millénaire. 


•••••••◄◄◄◄◄◄◄◄◄◄◄◄☼►►►►►►►►►►►►•••••••


Alors après le temps des cathédrales, il est aussi venu celui de régler les factures, même à titre posthume, comme en témoignera bientôt l'ADN prélevé sur Salvador Dali, afin de découvrir si oui ou non, Pilar Abel est réellement le fruit de l'amour clandestin que le peintre aurait entretenu il y a trente ans avec sa domestique. La seule chose que nous savons à ce jour, est que sa moustache affiche toujours 10h 10. Ce n'est pas une première dans l'histoire de demande de paternité, mais je pense qu'à chaque requête médiatisée, pas mal doivent aujourd'hui croiser les doigts bien fort. Sans parler des enfants "légitimes" qui se pensaient à l'abri derrière quelques petites ou grosses fortunes et doivent malgré eux partager le gâteau 😅😅


••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••♥♥♥••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••


Une ère se termine, une autre se profile, c'est le tourbillon de la vie. Bon voyage à Jeanne Moreau et Sam Shepard et surtout merci pour ces moments de grâce. Le Sylvie Ciné Revue reviendra  bientôt pour un spécial série, en attendant prenez soin de vous 😘😘


♥♥♥♥♥♥♥♥


jeudi 29 juin 2017

Dans le monde de Mariah



Avant toute chose ; JE SUIS FAN DE MARIAH CAREY. Je l'étais déjà avant de regarder son émission Mariah's World, mais à présent, j'ai pour mission de vous la recommander chaudement -si toutefois vous tendiez vers le haut. Ceux qui la connaissent déjà savent de quoi il en retourne, mais les autres -oui toi, je te vois-, au préjugé parfois facile à tendance snobinarde, ouvre tes yeux et écoute, parce que Mariah, elle met tous les plaisirs en éveil. A commencer par la gourmandise, parce qu'en réalité, c'est par là que tout passe. 


Alors elle peut manger autant de friandises, boire autant qu'elle le désire, l'alcool et le sucre n'auront aucune prise sur son corps de rêve, même si certains disent photoshop. Elle se transforme à volonté Mariah, court long Carey, et quand elle le veut vraiment, elle se rend dans une salle de sport avec ses baskets à talons et y en a bien assez. De toute façon le naturel ne lui fait pas peur comme on peut le voir dans Precious ce magnifique film de Lee Daniels (avec également Lenny Kravitz en infirmier 😉) où elle incarne une assistante sociale sans artifice aucun.  


Côté musique, elle enchaîne les hits, et ses albums ont tous bons elle n'est certes pas là pour faire de la figuration Mimi. J'aime autant écouter Heartbreaker qu'Emotions, elle est toujours gospel, quoiqu'elle fasse, mais pour l'heure -et ce depuis quelques mois en réalité ;p-, j'écoute en boucle l'album Daydream et cet Unplugged de 1992 passé sur MTV.