jeudi 19 avril 2012

Auprès de mon arbre je vivais heureux

Quand on a pas l'élégance de se retirer dignement ou de mourir à temps, voici un peu ce que ça peut donner :



Après le parfum, les Galeries Lafayette, Madonna, Vanessa, ce pauvre Iggy Pop nous sert un album qui s'annonce encore de grand cru (je plaisante), avec une reprise entre autre de Brassens "Les passantes", ainsi que Henri Salvador etc...
 

Comme je le disais dans un papier précédent ce pauvre Georges est mangé à toutes les sauces.  

      

Je ne sais pas ce qui me fait le plus rire dans cette histoire, si ce n'est d'imaginer l'Iguane avec la moustache de Brassens, ou le fait que je ne puisse plus me remémorer les chansons des Stooges qu'avec la voix de notre ami Georges.



Une critique chopée par-ci par-là :  "bien franchement, très anecdotique, d'après ce que j'ai pu entendre: les chansons françaises sont plutôt tartes et pas très inspirées. A part peut-être "La Vie en Rose", assez dark, sur laquelle Iggy sonne un peu comme Tom Waits sous Temesta."..."Mais quand même... sa cover de "Michelle" des Beatles est franchement atroce (ou risible, comme tu veux). C'est en tous cas le genre de choses dont Iggy devra répondre un jour devant le Tribunal de l'au-delà !"
 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire